GALERIE BERNARD BOUCHE
PIERRE TAL-COAT
 
La galerie propose à partir du 15 janvier 2011 une exposition de peintures récentes de Pol Pierart, né en 1955 à Liège. Pol Pierart joue avec les mots pour en faire surgir des sens multiples et ses œuvres nous engagent à prendre du recul et à considérer des notions essentielles sous un autre angle.  « S’il est un artiste qu’aucune considération de mode ne semble détourner du chemin qu’il s’est déterminé à suivre, c’est bien Pol Pierart. A l’écart, presque en secret, il développe une œuvre constante et cohérente qui a ceci d’imprévisible qu’elle continue de retenir le regard, de bousculer nos habitudes de vision et de mettre un terme, provisoirement, au triomphe de la démonstration. Au fil de ses expositions, on demeure toujours conquis par les petites trouvailles d’un homme qui, s’il n’aime guère la parole publique, joue habilement avec les mots, l’ironie des glissements de sens et la fantaisie des sous-entendus (…) De sa peinture, l’artiste dit qu’elle lui permet d’aller directement à l’essentiel, qu’elle l’autorise à saisir la présence physique du mot. Ainsi, contrairement à ses photographies qui apostrophent l’attention par des modes d’association doués de sens et par une mise en scène d’aphorismes et autres jeux de langage, les toiles surprennent par une grande économie de moyens et par une syntaxe rythmique se limitant à un seul mot. Dans la couleur fraîche, le peintre trace rapidement des lettres qui comportent un terme apparemment anodin. Qui connaît un peu l’artiste n’ignore pas la suite : par un jeu de biffage, de traits superposés et de lettres trafiquées, le mot initialement écrit prend un autre sens et incite à toutes sortes de lectures, d’excursions et de détours. En comète, les lettres zigzaguent dans nos pensées. Elles vont vite, elles touchent juste et s’accordent avec l’ironie détachée du message délivré. Il y a derrière l’apparente légèreté des interférences sémantiques, une gravité qui s’avoue à peine. »