GALERIE BERNARD BOUCHE
EMANUELE BECHERI
Emanuele Becheri Coppia 2017 Terre cuite. Poudre d'oxyde de manganèse. 8 x 7,5 x 7,5 cm

Emanuele Becheri Coppia 2017 Terre cuite. Poudre d'oxyde de manganèse. 8 x 7,5 x 7,5 cm

La galerie a le plaisir de présenter à partir du jeudi 8 octobre, une exposition de travaux récents d'Emanuele Becheri, l'un des artistes les plus intéressants de sa génération en Italie.

Emanuele Becheri s'est toujours intéressé au dessin qu'il a étudié sous différents langages - expériences du dessin dans l'obscurité totale, puis à travers la photographie, la vidéo et la musique, enfin par la sculpture, la terre cuite. La relation entre le dessin et la sculpture n'est pas un concept mais, selon Becheri, une réverbération. Il y a une relation de résonance - que l'on ressent principalement dans la terre cuite, une tension dans le geste, une vibration du trait, une complicité où certains détails du dessin résonnent dans la sculpture comme certains détails en sculpture résonnent dans le dessin. De ses formes abstraites, monochromes, Emanuele Becheri recherche la lumière, en sculpture, ce qu'il recherchait aussi dans ses travaux plus anciens, dans le dessin.
D'y voir une réminiscence de travaux d'anciens maîtres serait trompeur. Si vous lui posez la question d'un dialogue qu'il aurait dans sa sculpture avec les grands maîtres, Becheri vous répond: « En 2016, dans l'exposition collective The Lasting à la Galleria Nazionale di Roma, je me suis retrouvé avec une de mes œuvres (Shining, 2007, bavures luminescentes d'escargots sculptant un fond noir pour les fonds photographiques) à côté de Impression de Boulevard et Ecce Puer de Medardo Rosso. C'était la première étincelle. Et plus tard, dans l'exposition De Scultura, dont le commissaire est Saretto Cincinelli, à la Casa Masaccio (2018), j'ai montré pour la première fois mes terres cuites, créant un tête-à-tête avec ce qui commençait à m'intéresser de plus en plus étroitement ; un jeu de regards, de révisions, de traque, la possibilité unique et rare de voir plusieurs fois mes œuvres dans des salles strictement voulues et partagées avec des maîtres anciens, en imaginant de trouver des racines que seule la présence réelle des sculptures, dans cet espace commun, pouvait révéler. »

Emanuele Becheri (Prato, 1973), travaille la sculpture, le dessin et la vidéo. Il vient d’avoir une exposition personnelle au Museo dell 900 à Florence, Sculture e disegni  dont les curateurs sont les critiques Sergio Risaliti et Saretto Cincinelli - un important catalogue sera publié en fin 2020. Parmi ses récentes expositions collectives, mentionnons celle de 2019 « Ragione e Sentimento » à la Galleria Nazionale d'Arte Moderna e Contemporanea, dont les curateus étaient Chiara Stefani et Massimo Mininni, puis celles de 2018 Video from the Collection of the Galleria Nazionale d'Arte e Moderna e Contemporanea au E.M.S.T National Museum of Contemporary Art, Athens, et De scultura Casa Masaccio Centro per l'Arte Contemporanea, San Giovanni Valdarno.