GALERIE BERNARD BOUCHE
SUSANA SOLANO
Lo visible II  2009-2010. Acier inoxydable. 186 x 85 x 79 cm


Lo visible II
  2009-2010. Acier inoxydable. 186 x 85 x 79 cm
La galerie a le plaisir de présenter à partir du samedi 14 mars une exposition Susana Solano.


Pour Susana Solano, née à Barcelone en 1946, la sculpture se résume non seulement à la méditation autour d’une forme dans l’espace, éternelle préoccupation du sculpteur, mais doit être aussi habitée d'un sentiment à travers les expériences vécues. Sa sculpture, le plus souvent en acier inoxydable, est un voyage dans le temps. Si Susana Solano produit peu d'oeuvres aujourd'hui, elle considère qu'une oeuvre doit garder sa résonance et "travaille" d'elle-même avec le temps. Nous avons pour cette exposition un choix d'œuvres illustrant son parcours de 1990 à 2016.


Différentes facettes de son travail ont été présentées dans d’importantes expositions, dont la dernière en 2019 à l'I.V.A.M de Valencia, un parcours rétrospectif avec sculptures, peintures et une remarquable installation constituée de dallages de cuivre et d'acier noir au sol.


«L’art cache la signification du temps – le temps qui mène au silence, à l’oubli, à la perte. L’art appartient à la toile qui encapsule le temporel et se le rappelle, les lumières qui l’illuminent et les regards qui l’approchent pour explorer ce qu’il entraîne .../...  Les expériences qui composent la surface de nos vies sont nombreuses. Mais, quelques unes réussissent à pénétrer comme des flèches le noyau de l’existence, atteignant ainsi certaines zones neurologiques qui constituent le réservoir de nos actes et pensées et la source intime de nos émotions. Ces profondes expériences – les nôtres, et uniquement les nôtres- sont totalement transformées, que ce soit volontairement ou inconsciemment, en un univers dominé par la mémoire et l’image. L’image de la mémoire est stockée en dehors du temps, voguant librement à travers les domaines irréguliers de l’égo, tout en gardant le droit d’apparaître ou de disparaître à son gré». Extrait d'une interview de Susana Solano,in ABC.